#76047 : Black Panther Pursuit

Après un set d’entrée de gamme légèrement décevant, voici donc la review du second set de cette vague « Civil War » mettant cette fois en lumière Black Panther, tout nouveau personnage du Marvel Cinematic Universe !

Le set « Black Panther Pursuit » est composé de 287 pièces, pour un prix public de 34,99 euros, soit 0,12 ct / pièce. C’est d’ores et déjà plus abordable et cohérent que le set 76050.

Pourtant, même si encore une fois le packaging est plutôt flatteur, on ne peut s’empêcher de trouver l’ensemble un peu vide. On pourra penser que la jouabilité est ici privilégiée avec 3 véhicules, dont un franchement dispensable ( un indice, il n’a que 2 roues).

Une fois n’est pas coutume, 3 minifigs sont présentes dans ce set : Captain America dans une version semi-exclusive ( nouvelle coupe de cheveux, qui ne me fait ni chaud ni froid  ), le Winter Soldier dans un nouveau costume ( exclusive ), et bien sur Black Panther ( nouveauté ).

 

Les voici en gros plan ! Si un doute subsistait pendant un temps sur l’étoile du torse de Cap ( paraissant rouge/rose sur certains visuels ) , que nenni ! Vous êtes ici en présence du costume maintes fois produit lors des sets estampillés « Avengers 2 ». Le visage est correct, muni d’une seconde sérigraphie « agressive » et la coupe de cheveux plaira ou non à chacun ! Service minimum pour cette figurine donc, et dont le costume, aussi beau soit-il, commence à s’accumuler dans ma collection de doublons.

Concernant notre ami Bucky, je trouve que le travail réalisé sur son bras est nettement plus abouti que sur la version distribuée dans le polybag. Même si un bras chromé métallique reste un pas que LEGO ne semble pas vouloir franchir, les effets de couleur donnent un bon sentiment de relief et de texture. Le costume quant à lui a subi un petit lifting, avec un coté plus « moderne ». Enfin, bas les masques, le soldat de l’Hiver agi maintenant a découvert, et ce sur les 2 visages sérigraphiés. Vous pouvez constater l’effort consenti sur ce bras avec l’image du premier Winter Soldier ci-dessous:

Enfin, l’intérêt principal de ce set: Black Panter ! Je dois être honnête, les premiers visuels m’avaient vraiment refroidi. Je trouvais ce costume étrange, pas forcément très ressemblant … Quelques mois plus tard, je m’y suis finalement fait ! Le Wakanda, pays d’origine de Black Panther est avant tout une énorme puissance technologique et je trouve que le costume le rappelle bien, avec ces divers éléments « métalliques ». Cependant, pour un personnage de cet acabit, l’absence de sérigraphie des jambes et dans une moindre mesure des bras représente un gros bémol. Dommage … A noter également la nouvelle pièce sérigraphiée se fixant sur le crâne, qui sera également utilisée pour la figurine de White Tiger au second semestre 2016.

Coté véhicule, je parlerai des 2 réelles constructions du set :

Cet avion Wakandais est somme toute assez bien réalisé, avec un choix de couleur sympathique. S’il ne permet pas de véritable interaction et jouabilité, il permet toutefois d’accueillir un pilote et un extincteur. On ne badine pas sur la sécurité incendie. Vous trouverez 2 missiles sous les ailes, et puis basta. Aucun doute, il finira au vrac pour ma part.

 

La jeep de Cap ( après le 4×4 de Crossbones … ) n’est pas vilaine, et permet d’accueillir un passager. Niveau jouabilité, un missile est caché sous le capot, et la barrière utilisée comme vitre avant est plutôt bien trouvée. Pour le reste, rien de transcendant. Cette jeep rejoindra donc l’avion Wakandais à son triste sort.

 

Verdict:

Si le ratio prix/pièce est déjà plus abordable, ce set ne m’emballe pas plus que le précédent. Leur orientation « jouabilité » ( ou véhicules inutiles à gogo ) me freine considérablement, avec un prix finalement trop élevé au vu du contenu. Les minifigs, certes assez jolies pour TWS et Black Panther, ne parviennent pas à sauver l’ensemble. Captain est quant à lui déjà vu, mais finalement fidèle au costume du film puisqu’il reste quasi-identique à celui porté dans Avengers 2.

 

Afin de pouvoir admirer les figurines sous tous les angles, vous trouverez ci-dessous un lien de la review vidéo de Jang Bricks.

Publicités
Publié dans Sets Marvel | Laisser un commentaire

#76050 : Crossbones’ Hazard Heist

C’est maintenant devenu une habitude, chaque nouveau film du Marvel Cinematic Universe apporte son lot de produits dérivés, et LEGO ne déroge pas à la règle.

Ainsi, ce sont 3 sets qui accompagneront la sortie prochaine du film « Captain America III: Civil War » le 27 avril 2016 dans nos salles obscures. Un 4ème set est également évoqué, mais non-dévoilé à ce jour, probablement afin de ne pas spoiler un élément important de l’intrigue du film.

 

 

Fraichement débarqué sur le S@H en début de mois, ce set est donc le premier et seul disponible à la vente sur le magasin en ligne de LEGO. Certaines enseignes proposent néanmoins les 2 autres sets, mais bien souvent au prix fort.

Le packaging est agréable, mais enjolive un contenu plutôt faiblard. Ce set est composé de 179 pièces et vendu au prix de 26,99 euros, soit un ratio de 0,15 ct/ pièce. Ouch…

 

Nous retrouvons donc 2 véhicules: une moto proche du set #76032 « Quinjet City Chase », et un 4×4 bariolé aux couleurs du méchant Crossbones. Rien d’extraordinaire de ce coté là,  la moto est sympathique et le 4×4 n’est pas vilain. Je ne suis clairement pas fan de la multiplication des véhicules dans les sets SH, bien souvent décevants et finissant inévitablement au vrac.

Niveau minifigs, 3 personnages sont présents dans cette boite : Black Widow ( non- exclusive et présente dans le set #76032 ou #76042 ), le Faucon ( version exclusive ), et Crossbones ( nouveauté ).

La Veuve-Noire se voit tout juste affublée de ses 2 bâtons électrifiés, mais nous sommes encore devant une redite de figurine, puisque cette dernière est en tous points identiques aux versions déjà réalisées … Décevant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Faucon est ici présenté dans une version totalement exclusive, bien différente de sa version « classique ». Cependant, je suis déçu par le travail fourni par LEGO sur ce coup : la figurine est très paresseuse, sans double moulage ou sérigraphie des bras / jambes. Le code couleur n’a pas franchement été respecté par rapport au matériau d’origine, et seul le visage de cette minifig me parait correct. Bref, moyen moyen …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, dernière figurine du set : CrossBones. Encore une fois, service minimum à mes yeux. Un casque physique s’imposait sur cette figurine, voir une armure sérigraphiée. Comme pour le Faucon, aucune bi-injection ou sérigraphie des bras et jambes … On a l’impression de se retrouver devant un sbire de CrossBones, à l’image d’un Hydra Henchman. Bof Bof …

 

Pour conclure, petit visuel de la « jouabilité » du set : le toit du 4×4 peut constituer une tourelle mobile, 2 caisses de produits toxiques sont fournies et le jet-pack de l’ami Sam Wilson se détache de manière autonome ( et récupère au passage une étrange valise verte présente dans les autres sets … ).

 

Verdict: un set d’entrée de gamme un poil paresseux et décevant. Au prix où ce dernier est vendu, on était en droit d’attendre mieux. Il conviendra d’attendre le doublement des points VIP ou de le trouver sur le marché parallèle afin de l’avoir à un ratio qualité prix correct.

 

Ci-dessous, un lien vers une review vidéo de ce set réalisée par JangBricks ! Enjoy !

Publié dans Sets Marvel | 3 commentaires

Legends Of Tomorrow: S1, épisode 6

 

***    Episode 6 : « Star City 2046 »    ***

Diffusion US :  25 février 2016

En avant pour ce 6 ème épisode, avec cette fois un saut temporel en 2046 ! Exit les années 70-80, bonjour le futur ! Et pas n’importe lequel : celui de Star City !

Pour rappel, cette « destination » n’étais pas prévue par Rip Hunter, et seule l’attaque de Chronos lors du dernier épisode a précipité la Team Legend à cette époque. Et encore une fois, le futur n’est pas joli-joli ! Star City est en ruine,  et semble sous le joug des gangs et bad-guys en tous genres.

Nos héros sont donc accueillis par celui qui s’avère être le Green Arrow local : capuche, costume vert, arc et flèches, mais deux indices majeurs laissent penser qu’il ne s’agit pas d’Oliver Queen : le Green Arrow de 2046 est bien plus virevoltant ( ce qui est plutôt sympa ), et est surtout afro-américain ! Mais qui est t-il vraiment ? Pas de spoil pour ceux n’ayant pas encore vu l’épisode, mais la réponse est finalement assez simple et logique au vu de l’équipe de Arrow dans le show éponyme.

La réparation du « WaveRider » constituera la mission principale de cet épisode. Le vaisseau étant sévèrement touché, tout départ de 2046 est rendu impossible. Cependant, l’intérêt principal de cet épisode se trouve ailleurs : ce dernier constitue en effet un excellent moyen de jouer avec des personnages connus du show « The Arrow » et de leur donner un futur alternatif original !

Nous retrouverons donc un Arrow ( interprété par Stephen Amell ) qui est présumé mort et qui n’est plus que la moitié de lui-même ( les fans de The Dark Knight Returns apprécieront le clin d’oeil ). A mon sens, le coté « vieillard » à légèrement été exagéré niveau maquillage ( Arrow aurait environ 60 ans dans cet épisode ), mais on peut penser que ces années de guerre civile et de pertes l’ont marqué profondément.

Nous retrouverons également en grand méchant de l’épisode un DeathStroke 2.0, qui aurait néanmoins mérité meilleur traitement … Là encore, no spoil, mais nous sommes à des années lumières du DeathStroke que l’on connait en terme de prestance …

En dehors de l’intrigue principale de l’épisode, et de la volonté de Sarah Lance de sauver ce futur coûte que coûte ( et au détriment de toute logique), voici les news en bref !

->HeatWave se sent tellement bien dans cette ville en ruine et en proie au chaos qu’il n’est plus vraiment décidé à la quitter. Mais heureusement, Captain Cold veille au grain !

->A bord du WaveRider, ambiance « La croisière s’amuse » avec deux héros qui se disputent les faveurs de la jolie Hawkgirl. C’est l’occasion de découvrir au passage une facette du lien qui unit les deux parties de Firestorm, et qui tend donc à s’amplifier.

L’épisode se termine évidemment sur le départ de la Team Legend pour une nouvelle destination ( non-dévoilée par Rip) , toujours dans le but de retrouver Savage et d’en finir définitivement avec ce dernier.

 

Points positifs :

– L’ambiance de Star City 2046

– 2 Green Arrow pour le prix d’un !

– Ambiance détendue et assez drôle à bord du WaveRider

– Le lien Jefferson Jackson – Martin Stein

 

 

 

Points négatifs :

– Un DeathStroke ridicule …

– On ne verra pas Arrow tirer des flèches avec ses dents durant l’épisode ( Je m’adresse aux fans de TDKReturns ^^)

 

Verdict :

Encore une fois, un super épisode qui se regarde avec grand plaisir ! La variation d’ambiance en fonction des membres de l’équipe suivis permet d’installer un rythme agréable, et on prend un plaisir coupable à découvrir cette Star City 2046 et son (ou ses) Green Arrow !

Je prendrais volontiers mon billet pour Central City 2052 ( qui sait ^^) !

 

 

Diffusion de l’épisode 7, «Marooned», le 3 Mars 2016

Publié dans Série TV, TV DC | Laisser un commentaire

Legends Of Tomorrow: S1, épisode 5

***    Episode 5 : « Fail Safe »    ***

Diffusion US :18 février 2016

Avec un peu de retard, reprise de cette première saison de Legends Of Tomorrow !

Si l’épisode 4 m’avait vraiment laissé sur ma faim, notamment à cause d’un rythme lent et peu d’action à se mettre sous la dent,  l’épisode 5 amenait une belle promesse : le retour de Captain Cold / Michael Scofield en milieu carcéral, avec en ligne de mire la libération de son frère HeatWave / Lincoln Burrows ! Rappelons-le, nous nous étions quitté sur l’emprisonnement d’une partie de l’équipe dans une prison russe, au grand dam de Rip Hunter.

Après Prison Break, LA série qui a révélé Wentworth Miller,  voici donc Goulag Break, l’épisode qui le fera (peut-être ?) atteindre le statut de Légende ?

Eléments de réponse ci dessous !

HeatWave est donc enfermé avec Atom dans le goulag , Stein est employé au même endroit contre son gré afin de livrer la formule pour créer un nouveau Firestorm à Savage, et le reste de l’équipe se charge de trouver un plan d’action pour s’infiltrer dans la prison. Et là, première bonne nouvelle : les allusions à Prison Break sont légion ! Tatouages, mafia, nous sommes en terrain connu. Et surtout, une punchline bien sentie de Captain Cold fait mouche au point de me décrocher un grand sourire ( no spoil, vous ne pourrez pas la rater en VOSTFR! En VF, en revanche, je doute que l’effet soit conservé … ).

En soit, le plan de sauvetage n’est pas (encore une fois) très élaboré. De ce coté là, nous sommes bien loin des calculs et du stress qui en découlait dans la série Prison Break. Ici, pour résumer, c’est « on fonce dans le tas » ! Je ne dévoilerai pas les grandes lignes de l’épisode pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, mais nous retrouvons un rythme agréable, sans temps morts, et nettement plus efficace que dans l’épisode précédent. L’intégralité de l’équipe trouve ici sa place, ce qui est  un plus que l’on ne retrouvais pas encore systématiquement jusque là.

Sachez donc que le Firestorm soviétique va exister un court instant en fin d’épisode, mais que la Team Legend fera le nécessaire afin de rétablir la ligne temporelle et empêcher sa fabrication industrielle dans le futur. Savage, qui faisait son grand retour dans l’épisode, risque fort de devoir ressusciter une nouvelle fois !

Finalement, en plus du postulat nostalgique de l’épisode ( je n’ai pas pu m’empêcher de chanter le générique de Faf Larage dans ma tête à certains moments ^^… ), la clôture de ce dernier est également très prometteuse ! En effet, attaqués par Chronos alors qu’ils voyagent dans le « trou de ver » à bord de leur vaisseau, la Team Legend doit se poser en catastrophe à Star City ( la ville de Arrow donc ), mais cette fois en 2046.

Le dépaysement était agréable en 70-80, je pense qu’il sera très étonnant en 2046 !

Encore une fois, no spoil car la surprise est plutôt inattendue, mais sachez que l’équipe de Rip rencontrera un individu très étrange à son arrivée dans la ville d’Oliver Queen, et qui vous donnera en principe envie de regarder l’épisode 6 très rapidement !

 

 

Points positifs :

– Esprit Prison Break  (<3 love <3)

– Un rythme retrouvé

–Heat Wave presque sympathique, Atom qui se prend une bonne branlée

– Une conclusion d’épisode qui donne l’eau à la bouche

– Ensemble de l’équipe plutôt bien exploité …

 

Points négatifs :

– … mais étrangement, un Captain Cold légèrement sous-exploité au vu de ses affinités avec les prisons en tous genres.

– Un plan de sauvetage un peu léger …

– Et c’est tout !

 

 

Verdict :

Ouf, l’épisode 4 n’était (a priori) qu’une fausse alerte ! Autant ce dernier regroupait tous les défauts des séries Arrow /The Flash confondus en plus des défauts inhérents au show, autant cet épisode compile ce qui se fait de mieux ! Un épisode très agréable à regarder, si ce n’est le meilleur de la saison !

Et au vu de ce qui nous attend dans le prochain épisode, je pense que nous pouvons être confiants !

 

Diffusion de l’épisode 6, «Star-City 2046», le 25 février 2016

Publié dans Série TV, TV DC | Laisser un commentaire

#76052 : Batman Classic TV Series Batcave [review]

Sorti le 17 février 2016 pour les VIP, le 1er mars pour les autres, le set #76052, qui reproduit la Batcave de la série Batman de 1966, a déjà fait beaucoup parler de lui. Certains l’adorent, beaucoup la méprisent, d’autre encore sont dubitatifs. Alors, qu’en est-il vraiment ? Je vais tout vous dire 😉
Cette boîte contient 9 personnages (Batman, Robin, Bruce Wayne, Dick Grayson, Alfred Pennyworth, le Joker, l’homme mystère, Catwoman et le Pingouin), 3 véhicules, 3 portions de Batcave modulables, 3 meubles et un chat (c’est important), le tout avec 2526 pièces et pour 289€, soit 0,11 cent/pièce, ce qui, pour un set licence, n’est pas hors normes.

 

Je vous propose de commencer par les personnages.

Batman : Kapow !
                  
Nous avons enfin la figurine du personnage qui a lancé puis détruit la carrière d’Adam West (Dieu, nda). L’acteur a toujours dit que la série lui permettait de camper un Batman parodique, avec lequels les petits moments de cogitations deviennent des grands instants d’intenses réflexions, et le costume lui permettait toutes sortes d’excentricités, du petit va-et-vient avec la cape, à la Bat-Dance. Même si le personnage est foncièrement ridicule, Adam West confie qu’il ressentait l’émotion des gens quand il le voyait en costume. Il était Batman. Pour rester fidèle au ridicule, nous avons tout ce qu’il nous faut dans cette figurine, l’énorme ceinture, le slip, les bottes, et le masque sérigraphié (le deuxième, le premier étant celui de l’électro suit, nda). Ce dernier aurait pu être différent, comme vu dans le jeu vidéo LEGO Batman 3, avec une pièce spécialement conçue pour cette figurine. But buisness is buisness, et une pièce réutilisée est un moule en moins, et un moule en moins fait économiser pas mal de thune. Sinon, les couleurs sont là, c’est beau et propre. A noter que la cape est souple et que les bottes sont injectées, puis sérigraphiées par dessus pour avoir la pointe à l’avant. C’est un travail très sympa, même si une légère différence de couleur se fait ressentir de près. La tête est exclusive, avec la magnifique grimace que Batman tire pendant les combats, un fameux mélange de détermination et de peur.

Robin : So sexy !
                         

Robin est le second personnages principal, cela ne veux pas dire qu’il a beaucoup d’intérêt. En effet, son rôle consiste bien souvent à s’étonner de tout, et se faire taper par les méchants pour être secouru par Batman. Tout aussi fidèle, la figurine de Robin est parfaite. La forme du justaucorps, la petite cape et son col, la raie sur le côté, les manches courtes, tout y est, même des bottes, alors qu’il n’en porte pas. La cape est souple, et les jambes sont entièrement vertes, la peau étant sérigraphiée. La tête est exclusive. Robin était joué par Burt Ward. Par la suite l’acteur n’a fait qu’une chose : grossir.

Bruce Wayne et Dick Grayson : Bien, mais peut mieux faire.
                    

Les concepteurs de la série n’étant pas avares de costumes, et les deux personnages principaux en changeaient très souvent. Je vous ai donc trouvé une photo de ce à quoi vous pouvez vous attendre. Les figurines y sont très fidèles. Du pull rouge de Dick Grayson à l’écusson de Bruce Wayne, nous avons tous les éléments suffisants pour ces deux personnages. Ce qui diminue la qualité est la réutilisation des têtes, qui sont déjà utilisées dans d’autres licence. La tête de Bruce Wayne est d’ailleurs la même que celle de Cosmic Boy, qui sort officiellement bientôt. Mais bon, le petit sourire en coin lui va si bien.

Alfred : Simple et efficace.
                
On ne peut pas faire plus simple. Un costume sobre et bien repassé, une belle moustache et des grosses lunettes, voilà Alfred, joué par Alan Napier en 1966. (Pour l’anecdote, dans la série, l’acteur qui interprète Gordon est plus vieux qu’Alan Napier, il est même né au dix-neuvième siècle !). Cette figurine est seulement la deuxième d’Alfred Pennyworth en LEGO, après la figurine culte de 2006.

Le Joker : Un César pour César. 
                    
Il est le personnage avec lequel j’ai le moins d’accroche dans la série. Il est ridicule, sans intérêt, et sa façon de rouler les ‘R’ me donne l’impression qu’il est russe ou je ne sais quoi. Cependant, on ne peut pas nier la fidélité de la figurine au personnage. La costume est rose, normal, les chevaux sont vert dégueulasses, normal, et le Joker porte une moustache, normal. Il était interprété par Cesar Romero, qui avait porté une moustache toute sa vie, et qui refusait de la couper pour son rôle du Joker. Les maquilleurs était donc obligés de la recouvrir de blanc, ce qui n’était pas tellement efficace. Le visage est évidemment exclusif, et les grimaces sont vraiment typiques à cet acteur. Ce que je regrette : Les bandes noires du pantalon qui ne descendent pas jusqu’en bas.

L’homme mystère : Qu’est-ce qui ressemble à une tortue ninja malade ?
               
Le Sphinx, pardon, l’homme-mystère, était joué par Frank Gorshin. Il a à l’époque permis au personnage de devenir très populaire, à tel point que Jim Carrey, qui reprendra le rôle dans le film Batman Forever, le jouera exactement de la façon : démesurée. On ne peut pas dire que la figurine ne lui rende pas hommage. Le costume est simple, mais le ‘?’ a la bonne forme, la ceinture est énorme et le masque est grossier. A noter que la couleur verte utilisée est la bonne, mais la plupart des photo de l’acteur la fait ressortir plus terne.

Catwoman : Miaou !
              
La rôle était campé par Julie Newmar, et elle tient, de mon point de vue, la meilleure interprétation de Catwoman à ce jour : moins caricaturale que Michelle Pfeiffer dans Batman Returns, et un peu plus chat qu’Anne Hathaway dans The Dark Knight Rises. L’actrice a d’ailleurs adopté plusieurs chat avant le tournage pour apprendre de leur comportement. Dans la série, Catwoman est très importante. Elle explore une des failles de Batman, son cœur, et joue beaucoup des situations. Elle parvient même à le faire pleurer dans le fameux Bat-mouchoir (oui, c’est spectaculaire). Nous avons donc ici le costume recouvert de paillettes, symbolisées en LEGO par quelques petits points brillants, une ceinture et un collier doré, et un magnifique brushing. Les deux visages sont par ailleurs très explicites : avec ou sans masque. Je regrette juste l’absence des petites pointes sur les sourcils, qui lui donne tout son charme.

Le Pingouin : Et PLOUF !
                
Le Pingouin est le méchant le plus présent de la série, il intervient régulièrement et est très bien joué par Burgess Meredith, qui lui a trouvé sa démarche et son petit ricanement encore utilisés aujourd’hui. Le thème musical du personnage est aussi très spécifique à sa façon de marcher. On ne peut pas dire que le figurine soit vraiment ratée. Il y a le monocle, le nœud papillon et le costume noir et blanc. Pièce inédite, le chapeau haut de forme violet complète le reste. Cependant, je reste sur ma faim. En effet, la tête est la même pour ce personnage depuis 2013 et le torse avait déjà été utilisé dans l’asile d’Arkham. Cette figurine est donc ‘bof’.

 

Si vous le voulez bien, passons aux véhicules de cette boîte.

La Batmobile : Le Tumbler peut aller se rhabiller !


Cette Batmobile a été conçue à partir d’une Lincoln Futura de 1955 spécialement pour la série. Elle est tout équipée : anti-vol, feux d’artifice, ceintures de sécurité, gyrophare, téléphone, parachute (pour faire demi-tour), et même un système anti-incendie. En LEGO, je pense qu’on ne peut pas vraiment faire mieux. Le montage est plaisant et les courbes globales sont respectées, ainsi que les couleurs. Evidemment, le capot ondulé est très compliqué à adapter, et je suis déçu de l’ajout de lance-tenons sur celui-ci. La voiture peut contenir les deux personnages principaux, et leurs armes peuvent être rangées dans le coffre. Ainsi, à part quelques petites tuiles manquantes sur le capot, je n’ai rien à ajouter, elle est parfaite. Ils ont même été jusqu’à reproduire la forme exacte des vitres, avec la bonne inclinaison !

Le Batcoptère : Vole mon petit Batman !


C’est le véhicule dispensable de la Batcave, puisque dans la série, le Batcoptère est stocké dans un aérodrome, et pas dans la Batcave. A chaque fois que Batman en a besoin, il appelle des gens pour qu’ils le préparent (si, si), et quand Batman arrive, il décolle. Vous aurez sans doute remarqué la forme étonnante de cet engin. Il n’y a quasiment rien, à par une grosse verrière arrondie, deux petits ballons rouges de chaque coté et une queue rouge. Ca devait être un sacré défis pour le concepteur chargé de ce véhicule, et je dirais qu’il a plutôt réussi. Les couleurs sont respectées, la verrière sérigraphiée est un atout indéniable, et malgré quelques libertés, le véhicules est visuellement très proche. Le seul hic : Il n’y a qu’une place dans le cockpit. Mais bon, vu la complexité de l’engin, cette approximation se fait très vite oublier. Personnellement, j’aurai rajouté une échelle accrochée au pied, qui aurait permit une plus grande jouabilité.

La Bat-moto : Autant être ridicule jusqu’au bout.
     
On ne va pas se mentir, cette moto ne sert à rien. Bien que présente dans la série, au vu du résultat, LEGO aurait mieux fait de s’abstenir. Ca n’a rien à voir. Les formes et les couleurs ne sont pas respectées et même pire, cette moto roule très mal. Le problème est simple : la roue du side-car est recouvert d’un pare-boue, qui lui est posé sur une brique plate et ronde, qui vient devant la roue. Malheureusement, la pièce est très proche de la roue, et bien souvent, elles se touchent. En marche avant, la moto roule à peu près bien, avec quelques accoues. Mais la marche arrière est impossible, la roue se bloque complètement sur la pièce. Comme dirait un certains DP : #LEGOsestchiédessus.

 

Mais, si la boîte s’appelle Batcave, c’est bien qu’il y a une Batcave ? Mais oui ! Et la voici !

L’entrée de la Batcave : Un trou est un trou.

Normalement située à droite de la Batcave, cette entrée/sortie pour la Batmobile est vraiment très petite (quelqu’un debout n’y passe pas, comme vous pouvez le constatez à droite sur la photo). Ici, le trou s’est agrandi pour permettre un meilleur accès et plus grande jouabilité. La Batmobile passe, mais elle frotte le sol, ce qui n’est guère plaisant. Au dessus, deux magnifiques stickers (bwaaah), qui accueillent le Batcoptère. Il s’agit ni plus ni moins qu’une aberration, puisque, comme je vous le disais plus haut, le véhicule volant ne va jamais dans la Batcave. Mais en même temps, il faut bien le poser quelque part, cet hélico. Vous aurez aussi remarqué les rochers de chaque côtés du ‘cube’, nous y reviendrons …

La pile atomique : C’est comme ça que Batman déborde d’énergie.


Oui, Batman a une pile atomique dans sa cave, elle alimente les Bat-ordinateurs et la Batmobile. LEGO nous offre une version très fidèle et bien foutue. Les couleurs sont les mêmes, les proportions sont plutôt bonnes, les rochers sont solides, et le tout est très bien intégré. En somme, il n’y a pas grand chose à ajouter. Même le montage est agréable. Le seul défaut que je trouverai est l’absence d’échelle pour monter à l’étage.

Et si on parlait un peu des ordinateurs justement ?

Ils apportent la touche finale, ils permettent de refaire bon nombre de dialogues insensés entre Batman et Robin. Difficile de vérifier que chacun de ces instruments existe bel et bien. Cependant, il y en a un plus connu que les autres, l’avant dernier sur la photo. C’est un détecteur de mensonge hyper sophistiqué, utilisé dans un épisode sur l’homme mystère, notamment.

Le manoir et les Bat-pôles : Ca monte et ça descend.

       
Le bureau est, bizarrement, ma plus grande déception. Le meuble du bureau est simple et efficace. Le buste de Shakespeare, qui donne accès au bouton pour ouvrir l’entrée est superbe, même s’il est placé du mauvais côté du bureau. J’imagine que mettre le téléphone et le buste du même côté devait trop les serrer. Le papier peint est génial, et sérigraphié. Ils ont profité du fait d’avoir un bout du Manoir Wayne pour y placer les portraits de feux les parents de Bruce Wayne.

Bien que l’ensemble soit très beau, il subsiste un gros défaut : La bibliothèque et les Batpôles du dessus. La bibliothèque coulisse à l’intérieur du mur pour laisser apparaître les Batpôles. On peut tirer cette dernière grâce à une pièce qui ressort de l’autre côté du mur, mais il n’y aucune pièce qui bloque le mouvement. Premier problème : La bibliothèque s’enlève donc complètement. Vous pouvez la mettre dans votre poche, ou dans votre bouche, ou même dans votre micro-onde, si le cœur vous en dis ! Franchement, même dans le set #76009, le mouvement de la porte était parfaitement gérer. Et là, non, pas du tout, alors que lors du montage, je trouvais déjà une solution toute simple pour empêcher cela … Deuxième problème : quand on remet la bibliothèque, elle butte sur un bracket qui sert à maintenir les Batpôles. Il s’agit donc de faire une série de petits mouvements pour que la porte parvienne à se frayer un chemin. Troisième problème : On le savait dès les premiers visuels, les Batpôles du bureau ne sont pas reliés au Batpôle de la cave. Ceux du bureau ne servent véritablement qu’à signifier ceux du dessous. Après tout pourquoi pas. Les étiquettes sont bien placées, mais je m’attendais à avoir un peu d’espace dessous, histoire de pouvoir jeter Bruce et Dick dedans, et les faire apparaître dans la Cave. Mais non, sous les Batpôles, il y a … du sol. Impossible donc de les faire disparaître derrière la bibliothèque. (je crois que je n’ai jamais autant écris ce mot). En résumé, le bureau est très joli, mais franchement mal foutu.

Pour les Batpôles du dessous, pas grand chose à dire. Ce sont les même que le QG de Ghostbusters, mais il y en a deux. Un petit système caché sous le bureau permet de suspendre les figurines de Batman et Robin, et quand l’envie vous prend, il suffit d’enlever les trappes indépendantes qui les soutiennent pour leur faire dévaler le tube.

L’extérieur : Il y a des courants d’air !

C’est une très bonne initiative que d’avoir présenté un morceaux de l’extérieur du manoir Wayne. Avec ça, on peut recréer les fameuses scènes d’escalade de la série. J’en profite d’ailleur pour dire que le montage de la ‘tour’ est très surprenant. Je n’avais encore jamais vu un montage du type. Il est solide et original, et permet de couvrir de grandes surfaces sans avoir à fournir beaucoup de pièces. A droite, on voit l’entrée de la Batcave. Pour finir correctement l’ensemble, il aurait été mieux de fermer le dos de la pile atomique, et vraiment donner l’apparence de grotte pour l’extérieur.

Pour les deux modules aux extrémités, des rochers couvrent en partie les côtés. Ils permettent d’homogénéiser la structure une fois que les trois modules sont assemblés. Sur les visuels, la Batcave est à l’envers. Les Batpôles, normalement à gauche, sont à droite et l’entrée/sortie de la cave, normalement à droite, est à gauche. L’explication est simple : si la ‘tour’ avait été à gauche sur les visuels, elle aurait été cachée par le logo LEGO sur la boîte, ou y aurait créé un déséquilibre. Mais rassurez-vous. Si vous suivez les instructions, vous monterez la Batcave dans le bon sens. Et si vous n’aimez pas, et que vous préférez le sens des images, vous la possibilité très simple de changer de place des rochers, et ainsi changer les modules. Les deux versions sont donc possibles.

Les plus : les personnages, la Batmobile, le Batcoptère, la Batcave en général.

Les moins : le prix, la bibliothèque, la Batmoto et les stickers, trop nombreux.

Nous avons là une superbe boîte, qui souffre de quelques défauts mais qui seront vite oubliés par les quelques 5h de montage et la structure globale assez imposante. Grâce à sa fidélité au matériau d’origine et à cet aspect décor de série, cette boîte ravira tous les fans du show, et ces derniers se réjouiront d’avoir une Batcave complète et le bureau de Bruce Wayne. Pour plus de réalisme, je rajouterai quelques caméras et perchistes, pour bien appuyer cette impression de décor de cinéma !

 

Qui va prendre cette boîte ? Qui l’a déjà prise ? Qui aime, ou pas ?

 

Publié dans Sets DC | 5 commentaires

Legends Of Tomorrow: S1, épisode 4

 

***    Episode 4 : « White Knights »    ***

Diffusion US :11 février 2016

Décollage pour le 4ème épisode de cette première saison, qui devrait maintenant avoir trouvé son rythme de croisière après 3 premiers épisodes de bonne facture !

Nous retrouvons donc la Team Legend en vol pour les années 80, afin de tenter de retrouver un Vandal Savage fraichement « tué » par Rip Hunter.

Nous voilà donc dès ce début d’épisode en 1986 à Washington DC : nous sommes en pleine Guerre Froide, et l’équipe de Rip se met à la recherche d’informations concernant la localisation potentielle de Savage.

Ces derniers montent alors le coup du siècle : braquer le Pentagone afin de récupérer un dossier secret permettant de trouver l’Immortel. Deux solutions s’offrent alors à eux : tout miser sur Atom ( qui a tout de même sauvé Hawkgirl dans l’épisode précédent en se rétrécissant à l’échelle atomique afin de s’immiscer dans son système sanguin ), ou tout miser sur l’expérience de Michael Scofield Captain Cold et forcément, faire dans le sonore et le brutal. Un indice, la solution choisie n’est ni la plus logique, ni la plus intelligente …

Bref, évidemment ce braquage tourne au fiasco, avec une Hawkgirl vraiment pas nette qui, sans explication, se retrouve avec des yeux de braise et un petit problème caractériel. White Canary, dont on ne sait pas vraiment quoi faire lors de cet épisode, tentera bien de lui apprendre à se maitriser mais sans réel succès … Mais l’essentiel est ailleurs, puisque malgré tout le dossier top secret est récupéré !

Ce dernier apprend donc à la Team Legend que Vandal serait proche d’une scientifique russe, Valentina Vostock, et que des expériences pas bien nettes se tiendraient sur le site nucléaire « Iron Curtain ». Captain Cold et Atom jouent alors de leur charme avec la belle afin de lui soudoyer le pass permettant l’entrée dans le complexe secret.

A noter également le retour dans l’épisode de Chronos et du Maitre de Rip Hunter, qui a probablement emprunté la Deloréan pour le rejoindre en 1986. Ces derniers tentent de piéger Rip, mais Chronos se fait lamentablement poutrer par Firestorm et prend la fuite dans les hautes herbes tel un Pokémon blessé. Le Maitre du Temps quant à lui se téléporte et disparait.

Jefferson est blessé durant le combat, et s’ensuit alors une énième querelle de couple entre lui et sa moitié, le Professeur Stein. Ce dernier lui reproche son coté tête-brulée, finalement comme lors des 3 derniers épisodes.

De ce fait, le Professeur Stein se rend sans Jefferson à Iron Curtain, et apprend que le but de Vandal Savage ( qui n’apparaîtra donc pas dans cet épisode ) est de créer un Firestorm Soviétique, afin de s’en servir comme une arme de destruction massive et de pouvoir lutter avec la Team Legend.

Mais Stein se fait finalement capturer par les soldats soviétiques sous la coupe de Melle Vostock, tout comme HeatWave et Atom qui sont donc envoyés au goulag.

Il s’agit d’un épisode en 2 parties, et il y a fort à parier que l’épisode 5 se focalisera sur la délivrance des membres de l’équipe capturés, et (peut-être) sur la découverte du fameux FireStorm soviétique ?

 

 

Points positifs :

– Captain Cold, irréprochable !

 

Points négatifs :

– Pas d’effet « eigthies » prononcé …

– Des membres d’équipe sous exploités d’un épisode à l’autre

– Un rythme lent et peu d’action …

– Le cambriolage du Pentagone, vraiment illogique au vu de l’utilité d’Atom.

– La sensation de clairement tourner en rond, avec le cas FireStorm, Rip qui hésite à maintenir l’équipe …

 

Verdict :

Aie Aie Aie … Honnêtement, regarder cet épisode jusqu’au bout sans décrocher à été compliqué … Premier fashion faux pas du show, qui semble (déjà !) montrer ses limites… On peut légitimement se demander si dès le départ, cette équipe n’était pas trop conséquente en personnel, et si certains ne vont pas finir au placard plus vite que prévu …

Mais avant de sombrer dans le défaitisme, nous verrons si cet épisode n’était qu’une introduction poussive à un épisode 5 peut être de meilleure qualité !

 

Diffusion de l’épisode 5, «Fail-Safe», le 18 février 2016

Publié dans Série TV, TV DC | Laisser un commentaire

Legends Of Tomorrow: S1, épisode 3

***    Episode 3 : « Blood Ties »    ***

Diffusion US : 4 février 2016

En avant pour le 3ème épisode de la série, qui débute son introduction 1700 ans plus tôt, dans l’Ancienne Egypte : un maitre Jedi individu s’infiltre dans les appartements de Vandal Savage, alors Grand Prêtre égyptien, et tente d’assassiner ce dernier (lamentablement). Une fois démasqué, nous apprenons qu’ il s’agit en fait de Rip Hunter, qui semble avoir bien caché sa petite tentative de meurtre loupée au reste de l’équipe !

Générique, puis retour en l’an 1975 mais cette fois en Allemagne ! Petit rappel des faits : Hawkman vient d’être tué par Savage, Hawkgirl est grièvement blessée et notre équipe à pris la fuite après avoir mis K.O l’Immortel.

Alors que Prof Stein et Atom utilisent la technologie de ce dernier pour sauver Hawgirl en s’infiltrant dans son sytème sanguin, et ainsi détruire les éclats de dague parcourant son corps ( passages plutôt sympathiques ! ), Rip Hunter et White Canary se dirigent vers la banque qui hébergerait la fortune de Savage afin de ruiner ce dernier, et ainsi ralentir son ascension mortelle.

La banque est plutôt bien défendue puisqu’en 1975, en Allemagne, sachez que des Ninjas et des mercenaires Sud-Africains ont remplacé les banquiers habituels. Mais cela n’effraie pas White Canary qui grâce à l’entraînement de Raa’s Al Ghul, n’en fait qu’une bouchée !

Et pendant ce temps, comme on s’ennuie ferme sur le WaveRider, Captain Cold et son frère débile ( syndrome Prison Break je suppose …) décident d’aller voler une émeraude pour passer le temps ! Si nous pensions de prime abord que des raisons purement malhonnêtes motivaient ce hold-up, il semblerait que Captain Cold ne soit pas aussi intéressé par le profit qu’il ne le laisse penser. Et ce au risque de merdouiller salement avec les lois temporelles (no spoil).

Rip et White Canary apprennent de leur coté grace à un banquier ninja qu’une petite réception est organisée par Vandal Savage afin d’organiser un rituel satanique sur la dépouille de HawkMan. A défaut de mettre la main sur la fortune de l’Immortel, ces derniers se disent que ça pourrait être sympa d’éviter que la mémoire de Carter ne soit ainsi souillée !

Cette petite sauterie entre bad-guys nous apprendra que  Vandal et sa bande s’avèrent être en fait une horde de vampires (Putain de Twilight …), et le sang de Carter semble offrir à ses fidèles une espérance de vie revue à la hausse.

Rip et Sarah sont finalement fait prisonniers, et sont une fois de plus secourus par le reste de l’équipe. Mais cette fois, Rip parvient à tuer Savage (temporairement évidemment, puisque seule HawkGirl peut en venir à bout définitivement), et la Team Legend récupère le corps de HawkMan afin de lui offrir une sépulture descente.

L’épisode se termine donc sur l’enterrement de Carter, et sur  Gideon (l’I.A du vaisseau) calculant les probabilités de renaissance de Savage pour l’année 1986 ! So, let’s go pour les eighties dans l’épisode 4 !

 

Points positifs :

– Un rythme toujours aussi agréable à suivre. Le fait de passer d’un groupe à l’autre de la Team Legend durant l’épisode est plutôt bien foutu et évite les passages trop longs ou monotones.

– Hawkman et Hawkgirl ne nous manquent pas …

– Atom a enfin compris l’utilité de son armure ( Tony Stark, quitte ce corps … )

– Une référence à Batou et Sup’ plutôt sympa !

 

Points négatifs :

– Le charme des seventies n’opère plus, vivement l’épisode 4.

– Et c’est tout pour moi !

 

Verdict :

On continue dans le positif, encore un épisode très agréable à suivre ! Vivement la suite !

 

Diffusion de l’épisode 4, « White Knights», le 11 février 2016

Publié dans Série TV, TV DC | Laisser un commentaire